L’exercice musculaire stimule la production de certaines catégories d’hormones extrêmement intéressantes !

Citons en premier l’adrénaline et la noradrénaline. Celle-ci ont le pouvoir d’inciter les adipocytes (ces petites poches où sont mis en réserve les lipides) à libérer leur gras. Mais une bonne séance de musculation déclenche également la sécrétion de testostérone et d’hormones de croissance.

Des alliées minceur redoutablement efficaces grâce à leur double effet. Elles inhibent les processus de stockage des graisses tout en stimulant leur libération. Et ce n’est pas tout : ces deux hormones participent aussi à la synthèse des protéines qui nourrissent et favorisent précisément, la prise de muscles aux dépens des tissus adipeux. C’est ce qu’on appelle le processus anabolique.

Exercice musculaire

Pour comprendre ce qui se passe, mettez-vous à la place de votre corps.

Imaginez que le surplus de gras que vous avez emmagasiné est un sac. Admettons qu’il fasse 20 kilos et que, du jour au lendemain, on vous demande de faire l’ascension d’une montagne avec ça sur le dos. Au bout d’un certain temps, vous en aurez marre et n’aurez qu’une envie : jeter ce foutu sac ! Votre corps est comme vous. Si vous le soumettez à un effort brutal alors qu’il est alourdi, il va vous dire « stop ! ».

Mais si vous insistez, alors il va s’adapter et faire en sorte de pouvoir arriver au sommet. Pour se libérer de ce qui lui pèse et l’entrave (c’est-à-dire améliorer son rapport poids/puissance), il va provoquer une réponse hormonale qui va lui permettre de produire du muscle et de se débarrasser du gras. Au fur et à mesure des jours, des semaines, en vous musclant, vous allez donc vous faire un petit cadeau : celui de vous (re) dessiner un corps ferme, mais surtout affiné, aminci.

Mesdames, n’ayez crainte, vous êtes naturellement « protégées » contre la prise excessive de masse musculaire : vous ne sécrétez pas assez d’hormones de croissance et de testostérones !